La RSE ou responsabilité sociale / sociétale des entreprises

Que l’on soit une grande ou moyenne entreprise, la responsabilité sociale ou sociétale d’une entreprise est un facteur important pour l’image et les performances d’une société. Construire sa politique RSE, c’est accueillir et englober toutes les parties prenantes dans un seul et même écosystème et partager une vision identique.

La Responsabilité sociale des entreprises ou RSE, qu’est que c’est ?

La responsabilité sociale - ou responsabilité sociétale - d’une entreprise c’est l’ensemble des actions managériales ou des processus tournés vers le développement durable de l’entreprise. A travers sa politique RSE, une entreprise indique à toutes ses parties prenantes sa volonté de construire un écosystème qui respecte l’humain, qui favorise le développement d’une croissance respectueuse de la planète, et qui pérennise son activité économique dans la durée.

Vous avez besoin d’un support pratique pour présenter la RSE dans votre entreprise ? Ecoutez notre webinar intitulé « Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) : obligations, enjeux et bonnes pratiques ».

RSE - Obligations légales et morales & risques de réputation et les risques financiers associés

Les attendes des consommateurs ont beaucoup évolué depuis ces dernières années. Tournés hier vers une consommation de masse et une accumulation des richesses, ils sont aujourd’hui en faveur d’une consommation réfléchie, axée sur le développement durable. Les crises sociologiques, écologiques ou économiques sont largement relayées par les médias et les internautes, et affectent la vision des consommateurs. Ces derniers sont de plus en plus préoccupés par ces problématiques et exigent des entreprises une implication complète. Découvrez-en plus dans notre E-book gratuit sur la RSE et les relations publiques.

Les obligations légales de la RSE :

Les Sociétés Anonymes (SA), les Sociétés Européennes (SE) et les Sociétés en Commandite par Action (SCA) de plus de 500 salariés ou dépassant les 100 millions de chiffre d’affaires, sont soumises à des obligations légales concernant leurs responsabilités sociétales. Ces obligations ont notamment été introduites par la loi sur les Nouvelles Régulations Economiques et la loi Grenelle 2.

Les sociétés assujetties doivent respecter certaines obligations en matière de droit afin de se conformer aux nouvelles règles en vigueur. Elles ont l’obligation d’annexer dans leur rapport de gestion une Déclaration de Performance Extra Financière ou DPEF. Cette déclaration devra faire apparaitre toutes les données et informations portant sur leurs empreintes écologiques, sociétales et économiques. Ce document a pour but de retracer le modèle économique, la politique de gestion des risques et les résultats de l’entreprise face à ces sujets. La DPEF devra être certifiée par un organisme tiers indépendant qui validera sa présence et sa pertinence.

Les obligations morales de la RSE

L’obligation morale peut être définie par un contraste de bien ou de mal. C’est un code immuable et inconditionnel encourageant les sociétés à mettre en place des codes de déontologie et des règlements intérieurs afin d’aligner leurs visions sociétales et environnementales à leurs actions quotidiennes. Au-delà de l’aspect règlementaire, les obligations morales face à la RSE jouent un rôle prépondérant sur l’image de la société ; à condition qu’elles soient sincères et que l’on ne tombe pas dans du Green Washing (en savoir plus).Certaines entreprises s’en servent comme avantage concurrentiel. Elles jouent un rôle important dans leurs communications externes et internes. D’autres entreprises en revanche les ignorent et les conséquences peuvent devenir très sérieuses.

Les risques de réputation et les risques financiers

La confiance est devenue un enjeu vital si bien que pour prospérer, l’entreprise doit inspirer confiance à ses clients et partenaires commerciaux. Un scandale économique, écologique ou sociétal peut avoir des répercussions immédiates et virales, fracturant irrémédiablement la réputation de l’entreprise. De plus, un scandale est toujours accompagné de multiples conséquences financières. La perte de clients qui impacte le chiffre d’affaires et les parts de marché de l’entreprise, les frais de communication qui sont engendrés pour justifier ou atténuer cette crise, les frais de justice qui peuvent être colossaux en fonction du scandale. D’un point de vue historique, même si certaines entreprises arrivent à regagner confiance auprès de leur public, un scandale reste gravé dans les écrits et les suit toute leur vie. Il devient très facile pour un concurrent ou une communauté antagoniste de s’en servir plus tard.

Qui est concerné par la responsabilité sociale des entreprises ?

Toutes les entreprises qu’elles soient moyennes ou grosses, technologiques ou industrielles, servicielles ou scientifiques, sont concernées par la responsabilité sociale et environnementale. Comme vu ci-dessus, si certaines d’entre elles ont des obligations légales, toutes ont des obligations morales envers leurs parties prenantes. Les obligations morales d’une entreprise face à la RSE sont un sujet qui doit se placer au cœur de toutes stratégies et décisions structurelles pour assurer la pérennité de son activité. Elles peuvent également être utilisées comme un avantage concurrentiel sérieux face au marché.

Les bénéfices d’une bonne implication RSE

En intégrant le développement durable au cœur de leurs stratégies commerciales, les sociétés visent non seulement à répondre à leurs obligations mais également à s’assurer un regard favorable après de leurs clients. Certaines d’entre-elles, comme Lego, ont décidé de mettre des investissements considérables dans leur développement éthique. Cette dernière consacre plus d’un milliard de couronnes Danoises dans le développement et la fabrication d’une matière première durable pour remplacer le plastique traditionnel de ses briques. Cette initiative l’a propulsée à la première place du classement mondial des entreprises en matière de réputation, dans le domaine de la responsabilité sociale. Plus d’informations sur la politique RSE de Lego notre blog. Les médias se sont emparés de cet événement et ont congratulé la société dans de nombreux articles. Son image de marque s’est renforcée auprès des consommateurs et Lego a gagné de nombreuses parts de marché dans le secteur du jouet pour enfant.

D’autres sociétés démarrent leur activité en affichant clairement leurs responsabilités sociétales et environnementales pour se démarquer de leurs concurrents et ajouter une plus-value sur leurs chaines de valeurs. C’est le cas de Faguo, spécialisée dans les chaussures, la bagagerie et le prêt-à-porter pour hommes. Elle s’est lancée dans un concept innovant et éthique. Pour chaque article acheté, un arbre est planté en France afin de lutter contre le réchauffement climatique. La jeune société a vite trouvé une communauté sensible à ses engagements. En quelques années, Faguo s’est imposée comme une entreprise éthique et responsable dans toute l’Ecosphère avec une ambition de 40 millions d’euros de CA à l’horizon 2021.

L’éthique devient un nouveau champ de batailles et les grands gagnants sont ceux qui le font assurément. Lisez notre E-book dédié à ce sujet, téléchargez-le et présentez-le à votre équipe.

Les bonnes pratiques pour développer sa RSE rapidement.

La RSE doit s’intégrer dans un objectif structurel à long terme. Les sociétés qui souhaitent piloter leur RSE de façon cohérente doivent observer quelques bonnes pratiques de en matière de veille. Nos conseils ci-dessous.

  1. Analysez votre environnement RSE : Regardez ce qui se passe autour de vous dans votre secteur d’activités. Etudiez vos concurrents ; les actions liées à l’environnement, à la société ou à l’économie qu’ils ont mis en place en faveur du développement durable. Cela vous donnera des idées et vous permettra d’anticiper le positionnement de vos concurrents face au marché.
    Faites faire des audits annuels : Eclairages, eaux, déplacements, déchets… Certaines actions ont des retours sur investissement immédiats et sont bénéfiques pour l’environnement et la population, parfois même les deux combinés. Chaque année, analysez les actions envisageables et mettez en place des plans d’actions efficaces et rapides.
  2. Pensez local : Favorisez les fournisseurs locaux, ils ont un fort impact sur votre image de marque et le rayonnement de votre société au niveau local.
  3. Réalisez un code de déontologie : Celui-ci tracera les prémices de votre RSE et orientera toutes les collaboratrices et tous les collaborateurs vers une même vision. De plus, cela renforcera votre image auprès de vos employés ainsi que leur sentiment d’appartenance.
  4. Augmentez le bien-être de vos salariés : Parfois, un réaménagement de l’espace comme l’installation d’un babyfoot ou de bureaux plus confortables ainsi qu’une flexibilité plus importante sur leurs demandes de congés peuvent avoir une influence plus que favorable sur la productivité de vos employés et de surcroit, augmenter votre engagement social.
  5. Externalisez cette compétence : Un expert, en plus d’être un tiers neutre de votre entreprise, cernera rapidement les actions à mettre en place en fonction de votre marché et de votre activité. Il vous fera gagner du temps et une cohérence globale à vos actions.

Evaluer sa politique RSE : mettre en place une veille à 3 niveaux

Une fois mise en place, il est important de pouvoir évaluer votre politique RSE. Et ce au niveau réglementaire, au niveau de vos parties prenantes ainsi que de vos retombées dans les différents médias. Cette veille vous aidera à mieux piloter votre déploiement et ajuster les actions au besoin.

Mettre en place une veille réglementaire

La veille réglementaire vous permet d’obtenir les informations nécessaires pour être en conformité avec la réglementation en vigueur concernant votre domaine d’activités. Les textes légaux évoluent constamment et c’est de la responsabilité de l’entreprise de s’y conformer expressément. Un manquement à vos obligations en matière de droit pourrait avoir des conséquences désastreuses pour votre entreprise.

Pour assurer une bonne veille réglementaire, vous pouvez internaliser ou externaliser cette fonction. Cela dépendra de vos objectifs, vos besoins et de vos compétences en interne.

Veille des parties prenantes

Une bonne politique RSE doit intégrer la notion de confiance, transparence et éthique envers les parties prenantes internes - dirigeants, cadres, employés, clients…- et externes - politiques, fournisseurs, associations…- de l’entreprise. Pour piloter votre RSE, vous devez connaitre les intentions et sentiments de toutes vos parties prenantes envers votre société. Vous devez également analyser les risques que peuvent représenter ces parties prenantes pour votre entreprise.

Car si elles sont impliquées dans des scandales divers en France ou à l’étranger, cela peut avoir une conséquence directe sur l’éthique de vos activités et votre politique RSE. Pour cela, il est nécessaire de mettre en place une veille structurée et des outils sont disponibles pour vous aider.

Outils d’E-réputation : Plutôt orientée clients, l’E-réputation vous permettra de connaitre précisément l’opinion commune et votre réputation sur internet. L’analyse de ces données est réputée très fiable et vous donnera un aperçu très net de l’image de votre société auprès de vos clients, promoteurs et détracteurs. Des outils sont disponibles pour analyser l’e-réputation de votre entreprise tels que des plateformes de veille pluri média ou des études d’é-réputation réalisées par des experts.

Outils de risk monitoring – veille en matière de risques : Il est essentiel que vous mettiez sous surveillance médiatique toutes vos parties prenantes, afin d’être au courant à tout moment des risques potentiels qu’elles peuvent présenter pour votre entreprise et sa politique RSE. Il est recommandé d’utiliser des outils permettant d’automatiser ce processus et intégrant des alertes en fonction du type et du degré de risque identifié.

Une société externe : Vous pouvez passer par une agence spécialisée dans le management de la RSE pour évaluer votre veille générale sur vos parties prenantes. Elle vous aidera à faire le bilan et vous proposera des plans d’actions adaptés.

Veille médiatique

De nombreuses informations passent par les médias. Si la population accorde de moins en moins de crédit aux différentes informations véhiculées, les médias restent néanmoins très influents dans le bon sens du terme comme dans le mauvais. Pour piloter efficacement votre projet RSE vous devez connaitre l’opinion des médias sur vos produits ou votre société. Une multitude de plateformes ou d’agences peuvent vous aider à suivre votre image auprès des médias. Gardez une veille permanente dessus et n’hésitez pas à faire des communiqués de presse afin de construire une relation transparente avec eux.

Comment pouvons-nous vous aider ?
N'hésitez pas à nous contacter, quelle que soit votre question !
  • Vous n'avez pas trouvé l'information que vous recherchiez sur notre site web
  • Vous souhaitez obtenir une démo de nos solutions
  • Vous n'arrivez pas à vous connecter ou vous rencontrez un problème technique
  • Et tout autre sujet

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais !