Le rôle de la due diligence dans les tendances 2022 en matière de conformité et de risques

07 March 2022 10:00 rédigé par LexisNexis Nexis Solutions

Après deux années agitées, marquées par l’incertitude et les perturbations, la nécessité de gérer les risques de manière proactive est plus pressante que jamais. Étudions certaines des tendances de premier plan en matière de conformité et de risques et la manière dont elles sont susceptibles d’influencer la gestion par les organisations de la due diligence et d’autres aspects d’un processus de gestion des risques solide.

Tendance 1 : les organismes de réglementation s’attaquent à la transparence des critères ESG

Comme indiqué dans un précédent blog, les facteurs ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) dominent les prévisions effectuées pour les risques et la conformité en 2022. Les critères ESG ont bénéficié d’un certain élan pour de multiples raisons, les organismes de réglementation souhaitent cependant amplifier le mouvement.

  • Une résolution adoptée par le Parlement européen en mars 2021 promet une législation en vue d’une due diligence obligatoire en matière de droits de l’homme, d’environnement et de bonne gouvernance. Et il ne s’agit là que de l’une des nombreuses actions nouvelles ou proposées que l’Union européenne étudie.
  • Le Royaume-Uni développe également la réglementation axée sur les critères ESG. Simmons + Simmons, un cabinet d’avocats britannique, remarque : « Nous assistons dernièrement à une responsabilisation des entreprises sur les questions ESG qui est encadrée par la loi. Les tribunaux anglais ouvrent également une nouvelle voie visant à tenir les entreprises légalement responsables des impacts ESG de leurs filiales et même des tiers qui interviennent dans leur chaîne d’approvisionnement. ».
  • Aux États-Unis, les organismes de réglementation se concentrent également sur les critères ESG. Kyle Brasseur, rédacteur en chef du site Compliance Week, écrit ainsi : « L’obligation de divulgation environnementale, sociale et de gouvernance à la Securities and Exchange Commission (SEC) n’est plus qu’une question de temps. ».
  • Les organismes de réglementation de toute la région Asie/Pacifique rattrapent rapidement leur retard sur le plan législatif. Des agences de réglementation en Chine, à Hong Kong, à Singapour et en Malaisie ont commencé à lancer des directives et des règles axées sur l’aspect environnemental des divulgations ESG et de la due diligence. Une étude a déterminé que 46 % des dirigeants d’entreprise de la région Asie/Pacifique indiquent que les questions ESG et de durabilité ont gagné en importance dans leurs préoccupations depuis 2020.

Les efforts constants pour formaliser les taxonomies ESG et mettre en place des obligations de divulgation dans le monde entier sont des signaux révélateurs : la législation qui rend la due diligence ESG obligatoire ne devrait pas tarder. Cela contribuera à la tendance suivante de notre liste.

Tendance 2 : la gestion des risques présentés par les tiers élargit son champ d’action

La gestion des risques présentés par les tiers va (de nouveau) évoluer afin de suivre le rythme d’un paysage de risques de plus en plus complexe. Par le passé, la due diligence des tiers mettait l’accent sur la vérification de la stabilité financière, ainsi que sur des contrôles des sanctions et des PPE afin de limiter les risques de pots-de-vin et de corruption. L’approche restrictive et de type « tout du premier coup » de la due diligence peut cependant ne pas suffire. Tout d’abord, Gartner indique :« Plus de 80 % des responsables juridiques et de la conformité nous disent que les risques présentés par les tiers ont été identifiés après l’intégration et la due diligence initiales, ce qui suggère que les méthodes de due diligence traditionnelles en matière de gestion des risques ne parviennent pas à détecter les nouveaux risques et les risques qui évoluent. »

De plus, maintenant que le risque ESG est une considération qui va au-delà des services financiers, de nombreuses entreprises vont vouloir approfondir la due diligence au-delà des fournisseurs du premier niveau afin d’évaluer le potentiel de risques des relations sans rapports contractuels directs. Les pressions réglementaires de la tendance 1 ne sont qu’une des raisons. L’association, même tangentielle, à des atteintes à l’environnement, à du travail forcé ou à de la corruption peut présenter de graves risques pour la réputation.

L’adoption d’une approche plus holistique peut être utile. Le risque vient de partout et le fait de travailler en silos limite la visibilité. Des services d’approvisionnement, de conformité, de risques et de sécurité des informations qui collaborent et partagent des informations basées sur des données peuvent aider les entreprises à prospérer en 2022 et au-delà.

Les organismes de réglementation du monde entier ont souligné l’importance de conserver des programmes de gestion des risques liés aux tiers solides. Étant donné que la portée de ces programmes s’adapte aux vagues de nouvelles réglementations et de nouveaux risques associés aux facteurs ESG, à la cybersécurité, etc., les ressources vont atteindre leurs limites. Ce qui nous amène à la dernière tendance de notre liste.

Tendance 3 : exploiter les technologies et les données pour assurer la résilience

Selon l’étude « Inside the Mind of the CCO » menée par le site Compliance Week, 25 % des professionnels de la conformité et des risques affirment que le manque d’assistance et de ressources est l’aspect de leur travail qui les empêche de dormir. C’est là que l’adoption de technologies qui permettent de gagner du temps et de données alternatives sera utile en 2022.

Depuis 2020, de nombreuses organisations n’ont pas eu d’autres choix que d’accélérer la transformation numérique. L’élan se poursuivra en 2022, nous passerons cependant de l’optimisation pour le travail à distance à l’optimisation pour la prise de décisions et la résilience.

  • Des solutions SaaS flexibles pour une due diligence complète et une surveillance des risques présentés par les tiers conformes aux considérations uniques de l’entreprise en matière de risques
  • L’utilisation de visualisations de données pour mettre plus rapidement en évidence les risques potentiels
  • L’automatisation de processus manuels, tels que la surveillance des informations négatives, pour mieux gérer la rapidité et le volume accrus de données tout en libérant des ressources pour l’analyse et la prise de décisions
  • L’intégration d’ensembles de données aux applications internes pour améliorer l’analyse

L’adoption de technologies et de données aidera les organisations à créer des processus de gestion des risques évolutifs, efficaces en termes de temps et rentables qui suivent le rythme des changements réglementaires et fournissent les informations nécessaires pour assurer une croissance durable à l’avenir.

Êtes-vous prêt à aborder les tendances de 2022 en matière de conformité et de gestion des risques ? Découvrez en quoi nos données et nos technologies peuvent vous être utiles.