Parole d'expert : La confiance et la transparence en entreprise

Le texte ci-dessous est un résumé de la première partie de l'eBook (en anglais) "The Trust issue - how a world of risk is being conquered through trusted and transparent relationships".

Téléchargez l'eBook gratuitement en cliquant ici.

Des relations transparentes et de confiance au profit de la gestion des risques

Quand on parle de gestion des risques et de compliance, on pense souvent à la loi Sapin II, à la 4e directive européenne AML, au UK Bribery Act ou encore à la FCPA. Mais outre les risques réglementaires liés aux sanctions, aux pots-de-vin et à la corruption, au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme, les entreprises sont confrontées à de nouvelles normes concernant la lutte contre l’esclavage moderne et la protection de l’environnement. En cas de non-conformité à ces normes, les entreprises doivent faire face à d’importants risques financiers comme de lourdes amendes, exclusions de contrats et d’importants frais juridiques et de réparation.

Au même moment, les cyberattaques et des perturbations de la chaîne d’approvisionnement (événements météorologiques défavorables, pénuries de matières premières ou encore faillites de fournisseurs) augmentent l’exposition de l’entreprise au risque financier. A ces faits, s’ajoutent les risques liés à la réputation - comme un scandale médiatique sur un approvisionnement non éthique, de mauvaises pratiques environnementales ou non-respect des droits de l’homme – et des risques stratégiques – tels que occasions manquées dans les marchés émergeants, perte d’un avantage concurrentiel. Un à un ou ensemble, ces risques peuvent entraîner l’entreprise dans l’incapacité d’atteindre ses objectifs de développement.

Comment faire alors pour protéger l’entreprise et encourager les équipes à atteindre les perspectives de croissance ? Le processus paraît simple ; il suffit d’anticiper les risques, les reconnaître et les atténuer ou les gérer. Mais dans la complexité du monde des affaires d’aujourd’hui, les bonnes intentions seules ne suffisent malheureusement pas. Face à un manque de savoir, de ressources ou de technologies, nous assistons à la propagation d’une culture de la peur au sein de nombreuses entreprises, celle qui engendre l’indécision, l’inaction, le manque de responsabilité et par conséquent à la disparition de la confiance.

« La bonne nouvelle, c’est que la plupart des multinationales ont déjà des équipes en interne dédiées à instaurer et maintenir la confiance en entreprise ».

Ironiquement, une entreprise ne peut pas survivre sans risques, car comme enseigné dans Business Strategy 101, « pas de risque, pas de récompense ». C’est pourquoi, dans un climat d’incertitude, les entreprises doivent aborder le risque d’une nouvelle façon et reconsidérer la question de la confiance. Préférer l’angle où la montée de la confiance est indispensable à la performance et au succès de l’entreprise, plutôt que l’angle où une disparition de la confiance serait source inévitable d’échec.

Si on ne peut contrôler certains risques, c’est grâce à des relations de confiance basées sur la transparence qu’on peut gagner en résilience et en agilité et transformer ces risques en avantage concurrentiel pour l’entreprise. La bonne nouvelle, c’est que la plupart des multinationales ont déjà des équipes en interne dédiées à instaurer et maintenir la confiance en entreprise. La mauvaise c’est que jusqu’à maintenant ces équipes se sont davantage concentrées sur comment éviter le risque et minimiser les pertes plutôt que d’utiliser leurs compétences et gagner en confiance afin d’identifier le risque, l’évaluer et le gérer pour de générer de la valeur.

« Les équipes en charge des gérer les risques commerciaux gagnent en champ d’action, et les départements compliance, RSE, achats et sécurité sont propulsés sur le devant de la scène. Il n’y a jamais eu autant d’occasions de stimuler la confiance et la transparence, et d’accroître la profitabilité de l’entreprise ».

Les nouvelles réglementations LCB-FT, sur la transparence, les droits de l’homme, le respect de la vie privée et le respect de l’environnement ont fait évoluer la plupart des fonctions de l’entreprise. Si on considère les équipes chargées de la conformité, de la gestion des risques, les équipes achats, sécurité de l’entreprise et RSE, on s’aperçoit qu’elles ont gagné en champ d’action et sont passées d’une fonction transactionnelle à une fonction stratégique. Elles ont été propulsées sur le devant de la scène et ont une réelle influence auprès du comité de direction de l’entreprise. Désormais au lieu de minimiser les pertes, elles devront créer de la valeur durable.

Ensemble, ces équipes ont l’expertise nécessaire pour anticiper les risques, les identifier, les gérer ou les atténuer à temps. Elles ont également le pouvoir d’identifier les relations d’affaires et les partenaires clés pour assurer à l’entreprise un avenir solide et stable. C’est maintenant au tour des cadres de direction de les soutenir en mettant en places les bons outils et les bons processus en interne pour assurer la profitabilité de l’entreprise sur le long terme.

Télécharger l’eBook Parole l’expert : Mark Dunn explique le pouvoir de la confiance et la transparence en entreprise sur la gestion des risques (en anglais).

Aller plus loin

S’inscrire au webinar du 19 avril et découvrir comment mettre en place un processus de surveillance continue et de gestion des risques associés à votre entreprise.

Découvrir d'autres contenus sur la thématiques Confiance & Transparence en entreprise

S'inscrire à la Newsletter

Flux RSS

blog-rss-feed

Les articles les plus populaires