Cas n°1 : identifier et surveiller les risques politiques

Dans ce premier billet consacré à la méthodologie PESTEL dans le domaine de la surveillance des risques, nous examinerons la première dimension de ce modèle – le « P » pour « Politique ». Pourquoi et comment cette méthode permet-elle d’identifier les facteurs politiques qui pourraient présenter un risque pour l’entreprise, et plus particulièrement au sein de sa chaîne d’approvisionnement et parmi ses tierces parties ? Quels critères doivent être mis sous surveillance ?

L’année 2016 nous a démontré que le paysage politique mondial est instable, et pas seulement dans les pays émergents. L’incertitude sur le Brexit, le nationalisme économique aux Etats-Unis et le populisme croissant en Europe ont contribué à une augmentation du risque politique. C’est ce que soutient également le CIPS (Chartered Institute of Procurement and Supply) qui publie chaque année l’Indice du Risque Mondial. Au dernier trimestre 2016, le CIPS a ainsi positionné son indice à 82.6 sur 100, soit son plus haut niveau depuis 2013. Et même si l’indice enregistre un léger recul à 81.9 points sur 100 au 1er trimestre 2017, l’influence négative des facteurs politiques continue de peser sur la réussite des entreprises.

Quels facteurs prendre en compte pour surveiller les risques politiques ?

La mondialisation a favorisé l’expansion des entreprises sur de nouveaux marchés et la mise en place de  chaînes d’approvisionnement plus rentables et plus résilientes. Mais en développant leurs présences sur de nouveaux marchés et en étendant géographiquement leurs chaînes d’approvisionnement, elles ont également accru leurs risques de s’exposer à des facteurs politiques pouvant impacter négativement leurs résultats. Parmi les facteurs politiques à risque à surveiller, il faut notamment prendre en considération :

  • La stabilité politique du pays ;
  • Le type du gouvernement en place ;
  • Les niveaux de bureaucratie et de corruption dans un pays ;
  • La liberté de la presse et l’état de droit ;
  • Les tendances en matière de réglementation et de déréglementation ;
  • Les politiques en vigueur en matière de commerce, de tarifs et de taxes ;
  • Les lois sur la protection de l’environnement, du travail et du consommateur.

Ces facteurs ont une incidence directe sur la capacité des entreprises à atteindre leurs objectifs de croissance et de rentabilité. Par conséquent, il est nécessaire de les mettre sous surveillance pour être informé en temps réel des risques qu’ils pourraient représenter. Utiliser la méthodologie PESTEL pour surveiller ces risques permet aux professionnels de rassembler les informations et les connaissances dont ils ont besoin pour gérer de manière proactive les risques auxquels leur entreprise peut être exposée.

Quels impacts peuvent avoir les facteurs politiques ?

De nombreux reportages, études, rapports d’ONG et autres sources de données listent les facteurs politiques pouvant affecter négativement les entreprises ayant des opérations ou des chaînes d’approvisionnement à l’international. Regardons de plus près les ramifications de deux facteurs politiques clés à risque.

Stabilité ou instabilité politique

La stabilité politique se définit par « … la tendance au changement de régime ou de gouvernement, les bouleversements politiques ou la violence dans la société, l’instabilité et l’incertitude dans la politique gouvernementale en matière de réglementation, de fiscalité, de propriété ou de droits de l’homme ». L’instabilité politique peut avoir un impact négatif sur les opérations et les chaînes d’approvisionnement, menaçant la productivité, la qualité et les relations d’affaires.

Et ce facteur concerne malheureusement de très nombreuses entreprises ayant des chaînes d’approvisionnement étendues. Une étude du Centre américain de productivité et de qualité (APOQ) révèle ainsi que 63% des entreprises interrogées ont des fournisseurs situés dans des régions du monde politiquement instables. Prenons l’exemple de la Deutsche Post, qui a dû mettre fin à ses activités de livraison de colis en Ukraine en raison des troubles persistants dans le pays, malgré le fait que 620 entreprises allemandes y ont encore des activités. Et l’instabilité politique n’affecte pas uniquement les chaînes d’approvisionnement, d’autres départements de l’entreprise peuvent être affectés. Le fournisseur suisse de services logistiques, Atras, fait ainsi face à une rotation de 20% de son personnel en Ukraine.

Politiques en matière de commerce, de tarifs et de taxes

L’année dernière l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) a indiqué que le nombre de mesures restrictives introduites par ses membres avait augmenté de 11% pour atteindre à date pas moins de 2100 mesures restrictives. Avec l’accroissement de ces mesures notamment dans le domaine commercial, avec en moyenne 22 nouvelles décisions prises par mois, les entreprises doivent impérativement connaitre en temps réel les programmes législatifs des gouvernements, pour ne pas se laisser submerger et rester en conformité.

Et les anciens accords commerciaux ne sont pas exempts de menaces, entraînant davantage d’incertitude au sein des entreprises. Les politiques de « L’Amérique d’abord » avancées par l’administration Trump –, ou l’abandon du Partenariat Trans-Pacifique (PTP) en passant par les projets de renégociation de l’Accord de Libre-Echange Nord-Américain (ALENA) – pourraient mener à des mesures restrictives importantes dans le domaine commercial. Comme le fait remarquer John Glen, économiste à la CIPS : « Les accords commerciaux internationaux étant menacés dans le monde entier, les responsables des chaînes d’approvisionnement doivent accorder autant d’attention aux risques politiques, qu’aux risques associés aux catastrophes naturelles ou aux perturbations économiques ».

Pour atteindre leurs objectifs opérationnels, les entreprises doivent impérativement anticiper et évaluer les risques au sein de leur écosystème et prêter attention aux facteurs politiques.

Avec LexisNexis Entity Insight, donnez-vous les moyens d’atténuer ces risques, en mettant sous surveillance des facteurs clés de votre environnement, dont les facteurs politiques, en capitalisant sur la méthodologie PESTEL et un scoring personnalisé de vos risques. Demandez une démo dès aujourd’hui !

Lire aussi sur le même sujet

Aller plus loin

S’inscrire au webinar du 19 avril et découvrir comment mettre en place un processus de surveillance continue et de gestion des risques associés à votre entreprise.

Découvrir d'autres contenus sur la thématiques Confiance & Transparence en entreprise

S'inscrire à la Newsletter

Flux RSS

blog-rss-feed

Les articles les plus populaires