Profil médiatique du buzz #PokemonGO

Le jeu mobile de Réalité Augmentée (RA) – Pokémon GO- où les joueurs parcourent le monde réel à la recherche de créatures virtuelles, fait le buzz dans le monde entier. Tout le monde en parle, mais pas que de manière positive. Au-delà de l'engouement, les médias rapportent déjà des histoires insolites avec un grand nombre de mentions négatives : accidents de voiture, blessures causés par le jeu…  Quels impacts les articles négatifs ont-ils sur la marque et comment réagit Nintendo ?

Plébiscite de la sphère financière

Les actions de Nintendo – la société qui possède Pokémon Go conjointement avec la spin-off de Google, Niantic – ont doublé en valeur depuis la sortie du jeu, le 6 juillet dernier. 

Apple de son côté devrait générer près de 3 milliards de dollars de revenus grâce aux achats in-app de l'application. 15 jours seulement après le lancement du jeu et avant même son lancement sur le marché japonais, le cours de l'action de Nintendo a dépassé celui de son plus grand rival, Sony. 

Pourtant depuis quelques jours, le cours de l'action baisse légèrement (voir ci-dessous) en partie due à l'annonce officielle du géant sur la propriété de seulement 10% de l'application mobile. Y-a-t-il également une corrélation avec la couverture médiatique du buzz ? Et comment réagit Nintendo ?

Pokemon Go by LexisNexis BIS 

L'analyse du profil media de Pokémon Go

Une couverture médiatique sans précédent

Depuis le 1er juillet, le succès médiatique de Pokémon Go est phénoménal : le jeu a été mentionné dans près de 400 000 articles dans le monde (TV, radio, presse, blog, forums et web) hors réseaux sociaux.

by LexisNexis Newsdesk

Evolution des articles négatifs

Mais en parallèle, les analyses du profil média de Pokémon Go sur LexisNexis Newsdesk® montrent depuis quelques jours une fréquence de plus en plus élevée de termes négatifs tels que « forces de police », « application de la loi », « fusillades », « vols » dans les mentions associées à l'application.

by LexisNexis NewsdeskDans des articles récents, il est ainsi relaté qu'un adolescent a été abattu par balles après avoir fait irruption dans une maison lors de sa « chasse » de pokémons. Dans d'autres, deux joueurs ont été tués aux Etats-Unis par un homme pensant avoir face à lui des cambrioleurs. On compte parallèlement de nombreux articles sur les incidents liés au trafic routier, principalement causés par des piétons jouant au jeu Pokémon Go, parfois même des conducteurs. 

Le graphique ci-dessous montre l'évolution des mentions négatives dans les articles mentionnant Pokémon Go et notamment, leur part de plus en plus croissante dans le volume global de la couverture médiatique du jeu au niveau mondial.

by LexisNexis Newsdesk

Comment réagit Nintendo face à ce buzz négatif? 

Niantic et Nintendo ont choisi à ce jour de ne pas réagir aux critiques, même si celles-ci se multiplient, « déléguant » les appels à précautions majoritairement aux services publics. Une stratégie qui pour le moment porte ces fruits.

Sur le compte officiel Twitter de la Gendarmerie Nationale on a pu ainsi lire les tweets de mise en garde tels que « Conducteurs, ne jouez pas à Pokémon Go ! Piétons, redoublez d'attention ! ». 

Les forces de l'ordre et les pompiers ont eux-aussi anticipé en donnant des recommandations aux joueurs : 

by Twitter by Twitter 

Au Japon, le gouvernement a de son côté publié des conseils pratiques pour assurer la sécurité des citoyens.

En période de crise, comment réagir aux critiques?

Pour répondre à cette question, il est primordial pour toute entreprise et tout service de communication de mettre en place, en amont de tout lancement, une veille ciblée de la couverture médiatique (presse, audiovisuelle et web) afin d'analyser le volume de mentions média, les influenceurs, les sujets associés à une marque ou un nouveau produit, pour être en mesure d'anticiper les mauvais buzz et de structurer sa réponse. Réagir à un buzz négatif n'est pas nécessairement une bonne stratégie, il faut savoir nuancer et adapter ses réactions pour limiter les impacts financiers. Et Nintendo l'a bien compris.

 


Pour aller plus loin